Skip to content

Deux territoires, un projet commun

Qui sommes-nous ?

Le Grand Clermont a vu le jour dans les années 2000 de la volonté des élus d’agir en commun sur ce bassin de vie de 430 000 habitants. Il regroupe quatre EPCI : Clermont Auvergne Métropole, Riom Limagne et Volcans, Billom Communauté et Mond’Arverne Communauté et s’étend sur 104 communes. Il est notamment en charge du SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale).

Le Parc naturel régional (PNR) Livradois-Forez a été créé en 1986. Il s’étend sur 168 communes. Sa création a été motivée par la volonté de réagir face au déclin démographique et économique du territoire, mais aussi face aux enjeux environnementaux grandissants. Il agit donc sur le développement économique et social du Livradois-Forez, et sur la protection de l’environnement. Préservation du patrimoine, de la biodiversité, gestion de l’urbanisme, développement économique, valorisation des ressources locales, éducation à l’environnement et au développement durable sont autant de missions menées par le Parc sur son territoire.

Un PAT, qu’est-ce que c’est ?

Prévus dans la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt de 2014, les Projets Alimentaires Territoriaux (PAT) visent à rassembler et fédérer un ensemble d’initiatives et d’acteurs pour répondre à un enjeu de relocalisation de l’alimentation. Ils sont réalisés de manière concertée entre des acteurs divers : collectivités, État, producteurs, transformateurs, distributeurs, consommateurs, organismes de recherche, de conseil, financeurs…

Ensemble, ils s’appuient sur un diagnostic partagé de l’existant et des besoins du territoire sur lequel ils vivent et élaborent des solutions pour rendre plus transparents les processus à l’œuvre de la fourche à la fourchette et pour permettre à l’ensemble de la population d’accéder plus facilement à une alimentation locale, saine et de qualité.

Depuis 2017, un Projet Alimentaire Territorial (PAT) est engagé sur le Grand Clermont et le Parc Livradois-Forez. En appui à d’autres outils et actions déjà existantes sur le territoire, il vise à développer un modèle agricole et alimentaire soutenable, en agissant de manière transversale sur de multiples déterminants : foncier, production, outils de transformation, éducation, consommation, santé, etc.

Le Grand Clermont et le Parc naturel régional Livradois-Forez ont inscrit depuis de nombreuses années dans leurs documents fondateurs (Charte du Parc et SCOT du Grand Clermont notamment) la volonté de travailler sur le développement de l’agriculture et de l’alimentation de proximité. Les deux structures cultivent une coopération entre leurs deux territoires depuis plusieurs années. Afin d’aller plus loin sur ces thématiques elles ont décidé de porter ensemble un projet de territoire pour l’alimentation de demain.

Ce qui nous réunit…

L’élaboration d’un PAT commun témoigne d’une volonté forte du Grand Clermont et du Parc Livradois-Forez d’agir sur la question de l’alimentation en prenant appui sur les atouts et les spécificités de leurs territoires respectifs. Cette collaboration entre un territoire urbain et un territoire rural caractérise le territoire du PAT. Il illustre la volonté commune des deux structures à participer à un développement collectif du territoire en des termes nouveaux.

Ils ont fait le choix de réunir autour de ce projet les acteurs économiques dont les professionnels agricoles, mais aussi le monde associatif, les collectivités territoriales, la communauté scientifique pour créer une dynamique territoriale forte et des réponses partagées aux enjeux agricoles et alimentaires locaux. Avec cette approche territoriale et transversale, les pilotes du projet ont pris en compte les nombreuses actions déjà existantes en matière d’alimentation locale et durable et initient une réflexion collective pour accélérer leur mise en œuvre.

Les ambitions du PAT

Il s’agit de voir l’alimentation comme un levier d’attractivité, de qualité de vie, de bien-vivre ensemble, et un support de développement local

Avec le PAT, les acteurs locaux proposent de relier le besoin de se nourrir avec la nécessité de préserver les ressources naturelles ou encore de protéger notre santé, dans un contexte d’urgence révélé par les crises climatique, sociale, environnementale ou encore sanitaire. C’est pourquoi le PAT est par essence un projet d’ordre collectif, politique, social, économique et culturel.

La démarche du PAT propose d’animer la réflexion collective autour de notre modèle alimentaire, de mobiliser les acteurs locaux autour de nouvelles collaborations pour construire un système alimentaire plus vertueux, plus économe en ressources et plus équilibré entre les acteurs. Des solutions peuvent être expérimentées, en tenant compte des intérêts de tous les acteurs en présence. L’ensemble de ce travail vise à apporter des réponses concrètes aux défis qui se posent à nous pour bien produire et bien manger. En ce sens, un projet alimentaire territorial se veut être un projet par et pour le territoire sur lequel il se déploie.